· 

Du ratage en art

Il y a quelque chose de profondément réconfortant, quand on est jeune artiste, à savoir que même des gens avec des années d’expérience ratent. J’aurais en fait aimé en prendre conscience bien plus tôt, afin de dédramatiser certaines catastrophes artistiques. En réalité, le plus qu’apporte l’expérience, ce n’est pas de rater moins souvent. « Rater », après tout, c’est un concept très subjectif. On n’a pas la même idée de ce qui est réussi quand on débute et lorsque l’on est une vieille briscarde du crayon.

Non, La grosse différence, en fait, avec ma jeunesse, c’est le temps que je mets à m’en rendre compte.

J’ai souvenance que John Howe, dans une interview, expliquait qu’il savait en général assez rapidement si un dessin allait aboutir ou pas et que la plupart du temps, quand ça commençait bien, ça finissait bien. Toute proportions gardées ( je suis loin d’être John Howe), je comprends parfaitement ce qu’il veut dire. Effectivement, je sais en général en moins de dix minutes si ça vaut la peine ou pas de « pousser » un dessin. Quand je m’abstiens, c’est souvent qu’il n’est pas très intéressant.

Mais il arrive que je ne le poursuive pas parce que je le trouve très bien comme il est et que j’ai l’impression qu'aller plus loin ferait disparaitre quelque chose de primordial. Passer outre cette impression ne débouche pas forcément sur une cata. Parfois même ça aboutit sur un « Hé mais je sais faire ça moi ? » plutôt plaisant. La plupart du temps, ça reste regardable, bien qu’on garde l’impression d’avoir perdu un truc en court de route (ce que les gens en face ne percevront pas forcément d’ailleurs).

Reste donc le cas, épineux, du « ratage tardif ».

Ça fait mal car on a déjà « investi » le dessin. On a perçu qu’il était prometteur. On peut avoir fait plein d’études, avoir travaillé les aspects problématiques, on foire quand même, lamentablement.

Le croquis que vous voyez, là, à gauche, c'est le fantôme de quelque chose qui n'existe plus. J'aurais du poser mon crayon, ne plus y toucher, mais je tenais à faire quelque chose d'abouti sur ce sujet.Et c'est devenu un grand n’importe quoi.

Quelle solution alors ? , Recommencer ; Je m’y suis attelée. Mais la compo qui marchait impeccablement à la première tentative manquait de peps.

Manifestement, je n'arrivais plus à retrouver ce qui m'avait plu dans le premier croquis. Il s'agissait donc de faire le deuil du dessin qui n’adviendrait pas et de se remettre au travail, en acceptant une composition un poil différente. Je revenais donc à un dessin moins grand, moins ambitieux

Et je souhaite vraiment parvenir enfin à terminer ce dessin. On va croiser les doigts très forts.



Bizatouss !


PS : Je possède désormais une boutique sur RedBubble. Vous y trouverez des t-shirts, coques de portables, mug avec mes dessins dessus. Prenez juste garde aux frais de port.